Tous les états du dire

Nathalie Sarraute
Spectacle Lecture 2004
Festival de Trois
Maison des Arts de Laval

D’après
Tropisme
L’usage de la parole
Ici
Ouvrez !

 

Résumé

Scrutatrice du plus petit détail, dans chacun de ces ouvrages construits sur le mode du fragment, Nathalie Sarraute plonge à l’intérieur de scènes, de mots, d’expressions d’apparence très banale et se met à l’affût des intentions qui les sous-tendent et des imperceptibles petits changements d’atmosphère qu’ils provoquent chez l’auditeur, pour y déceler les non-dits et tenter de mieux comprendre les humains et le ressort de leur personnalité. Elle va donc passer d’un plan moyen à un gros plan puis même à un plan de microscope électronique  où le geste et le mot deviendront le cœur du sujet et l’objet unique de sa recherche. Des paroles célèbres, comme : «Ich sterbe / je meurs», dernière parole de Tchekhov (dans L’usage de la parole) ou «Le silence de ces espaces infinis m’effraie» de Pascal (dans Ici) aux expressions les plus insignifiantes, comme «ne me parlez pas de ça» (dans L’usage de la parole) elle traque la vie au cœur du verbe et de Tous les états du dire.

Tropismes… expression spontanée d’impressions très vives, ces mouvements indéfinissables, qui glissent très rapidement aux limites de notre conscience ; ils sont à l’origine de nos gestes, de nos paroles, des sentiments que nous manifestons. Ils me paraissent constituer la source secrète de notre existence. Nathalie Sarraute