Comme des Chaises

L’Homme Assis & Comme des Chaises

L’Homme Assis & Comme des Chaises

L’Homme assis

MARIN
Je t’ai toujours averti.
Je t’ai toujours dit : Môle, ça finit toujours par tourner et jamais de la façon dont tu veux que ça tourne.
Tu te souviens?
Un jour tu t’es fâché, tu m’as averti que si je disais encore ça, tu m’enfoncerais le bâton dans la gorge.
Tu m’as convaincu.
Je ne l’ai pas redit.
Et aujourd’hui tu veux que je le dise sinon tu me fais les bonnes manières!
Tu vois, Môle, faut juger de rien.
Tu avais beau m’expliquer que le jour glisse, que les couleurs s’effritent, mais que jamais les choses tournent, tu avais beau me le répéter, les choses ont tourné, et c’est Natte.

MÔLE
Je n’aime pas que tu me parles de Natte.
Je n’aime pas voir sortir de ta bouche en même temps que ta boue le nom de Natte.
Je préférerais qu’on parle de la passe.
Tu peux dire avec ta bouche et tes dents brumes : passe, pute, alcool, tu peux dire Rose et ombre, même ça tu peux le dire, tu peux les faire surgir un à un de ta bouche, mais pas le nom de Natte.
Pas ma fille.
Je n’aime pas l’apercevoir d’entre tes dents mêlée aux autres mots que tu peux dire.

Comme des chaises

TUPPE
Bibe?

BIBE
Hum?

TUPPE
Parfois…

BIBE
Tais-toi.

TUPPE
Parfois, je me demande…

BIBE
Ne te demande pas.

TUPPE, se levant
Si au fond il n’a pas voulu…

BIBE
Assieds-toi.

TUPPE
S’éloigner de nous. S’il n’a pas au fond voulu, volontairement, délibérément, être loin de nous. (Elle secoue la tête.) Tuppe, Tuppe, dis-toi que tu dis des sottises. N’est-ce pas que je dis des sottises? Bibe, dis-moi que je suis sotte.

BIBE
Tu es sotte.

TUPPE
Oh, Bippe mon chéri! Tu es merveilleux avec tes yeux d’hirondelle et ta bouche de poisson. Merveilleux. C’est vrai. Je ne te le dis pas assez. Là-dessus, je sais reconnaître mes torts. Je ne te dis pas assez combien tu es important pour moi, que si tu me quittais un de nous en mourrait sûrement et j’ai tellement peur pour toi. Tu es si bien conservé pour ton âge. C’est étonnant. C’est vrai. Tu n’as presque pas le visage effondré et on ne voit pas de toute façon l’état de ton sexe. Au bout du compte, ce n’est pas si mal et comme disait si bien ma mère, c’est mieux que rien. Il ne manque que Boppe, notre fils Boppe.

Remettre en jeu à travers une écriture parfaitement contemporaine cette idée archaïque de présenter dans une même soirée une tragédie suivie d’une comédie, ou plus précisément la comédie de la tragédie.

L’Homme Assis & Comme des Chaises

LA PRESSE, par Marie-Christine Blais
Comme des chaises, une pièces délicieusement absurde avec juste ce qu’il faut de grinçant… Imaginez un vieux Pierrot et une Colombine défraîchie sur l’acide, défendus avec brio par Dominic La Vallée et surtout Marie-Josée Gauthier en Tuppe verbo-motrice délirante. [… ] Je le répète, la prestation de Marie-Josée Gauthier dans le rôle de Tuppe est remarquable.

LE DEVOIR, par Solange Lévesque
Denis Lavalou et Marie-Josée Gauthier offrent de solides performances. Denis Lavalou possède la présence, l’expérience et l’autorité nécessaires pour camper ce chef de bande. Marie-Josée est excellente dans le rôle de Tuppe ; vive, ingénue, sans âge, elle donne son relief au texte.

Chaîne Culturelle de RADIO-Canada, par André Ducharme
Ce sont deux pièces qui donnent une vision de la condition humaine en évitant toute lecture psychologique. […] Denis Lavalou fait une performance incroyable dans le rôle de Môle qui est assis sur sa chaise comme Job est assis sur son tas de fumier. […] Marie-Josée Gauthier et Denis Lavalou sont les codirecteurs d’une compagnie qui produit le spectacle, qui s’appelle Théâtre Complice et qui s’attaque toujours à de beaux textes comme Marguerite Duras ou Jean Tardieu, à peu près jamais montés. […] Alors moi, je recommande. Même si la tragédie est une petit peu longue, la comédie va vous étamper un sourire dans le visage.

Remettre en jeu à travers une écriture parfaitement contemporaine cette idée archaïque de présenter dans une même soirée une tragédie suivie d’une comédie, ou plus précisément la comédie de la tragédie.

L’Homme Assis & Comme des Chaises

Mise en scène : Marie-Line Laplante

Avec
Michel Bérubé, Marie-Josée Gauthier, Dominic La Vallée, Denis Lavalou, Michel Lavoie, Vincent Magnat

Assistance à la mise en scène et régie : Nicolas Rollin
Scénographie et accessoires : Lise Boisseau
Costumes : Sophie Fékété
Lumière : Stéphane Ménigot
Musique originale : Chantale Laplante
Maquillages coiffures : Florence Cornet
Direction de production : Martin Boisjoly
Direction technique salle F. Barry : François Perrier
Relations de presse : Monique Bérubé

Photos spectacle : Maxime Côté

Production THÉÂTRE COMPLICE

en codiffusion avec le Théâtre Denise Pelletier

 

Lieux de diffusion

– Salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier (2000)
– Maisons de la culture de Montréal (2001)

Remettre en jeu à travers une écriture parfaitement contemporaine cette idée archaïque de présenter dans une même soirée une tragédie suivie d’une comédie, ou plus précisément la comédie de la tragédie.

L’Homme Assis & Comme des Chaises

Résumés

L’Homme assis
tragédie

Môle, le chef d’un réseau de contrebande d’alcool dans un pays et à une époque innommés, s’inquiète de ce que sa fille Natte ne soit pas venue le saluer comme elle le fait rituellement chaque matin. D’autre part, il apprend que la « passe » n’est plus bonne. La mêche a été vendue, quelqu’un l’a trahi. S’en suit une enquête rustre qu’il mène auprès de chacun de ses hommes Daube, Bouille, Gervais et Marin, à mesure qu’ils pénètrent dans son antre.  Môle va voir alors ces deux sources d’inquiétude sans lien apparent se river inexorablement l’une à l’autre jusqu’à ce que se referme sur lui le piège qu’il a tendu.

Comme des chaises
comédie

Tuppe et Bibe,  cherchent désespérément à se voir délivrer par le fonctionnaire adéquat des passeports qui leur permettront de rejoindre sur la lune où il a élu domicile, Boppe, leur fils chéri. Les voilà donc tous les deux assis dans l’attente que les ministères leur délivre les précieux documents. Mais tous les fonctionnaires attrapés au vol par l’impatiente Tuppe brillent non seulement par leur incompétence mais par leur profonde indifférence face à la quête incessante des parents.Et sur fond de crise aiguë de la communication, finit par s’imposer l’énorme inutilité de toute cette agitation

Remettre en jeu à travers une écriture parfaitement contemporaine cette idée archaïque de présenter dans une même soirée une tragédie suivie d’une comédie, ou plus précisément la comédie de la tragédie.